Le pollen est l’une des causes d’allergies les plus courantes. Elle est due à une poudre très fine produite par les arbres, les fleurs, les graminées et les mauvaises herbes pour fertiliser d’autres plantes de la même espèce. Plus communément appelé rhume des foins, ce type d’allergie peut vite vous gâcher la vie . Heureusement, il existe des traitements efficaces contre l’allergie aux pollen et des causes identifiées que vous pourrez facilement éviter.

allergie au pollen prevention et traitements

Symptômes de l’allergie au pollen

Le système immunitaire défend normalement l’organisme contre les envahisseurs nuisibles, tels que les virus et les bactéries, pour éloigner les maladies. Chez les personnes allergiques au pollen, le système immunitaire identifie à tort le pollen comme un intrus dangereux et déclenche une réaction immunitaire pour lutter contre le pollen.

C’est ce qu’on appelle une réaction allergique, et le type spécifique de pollen qui en est la cause est connu comme un allergène. La réaction entraîne de nombreux symptômes, tels que des éternuements, un nez bouché, des yeux larmoyants, de l’urticaire, de la sinusite, des démangeaisons, une irritation de la gorge, une diminution du goût et de l’odorat, de la toux, des cernes bleutés et gonflées, voire de l’asthme dans les cas les plus graves.

Certaines personnes ont des allergies au pollen toute l’année, alors que d’autres n’en ont que durant certaines périodes de l’année. Par exemple, les personnes sensibles au pollen de bouleau présentent habituellement des symptômes accrus au printemps, lorsque les bouleaux sont en fleurs.

Il est peu probable que l’allergie disparaisse une fois qu’elle s’est développée. Cependant, les symptômes peuvent être traités avec des médicaments et par des désensibilisations. Le fait d’apporter certains changements au mode de vie peut aussi aider à soulager les symptômes associés aux allergies au pollen.

L’allergie au pollen est aussi connue sous les noms de rhume des foins ou rhinite allergique.

allergie au pollen

Causes de l’allergie au pollen

Il existe des centaines d’espèces végétales qui libèrent du pollen dans l’air et déclenchent des réactions allergiques. Voici quelques-uns des coupables les plus courants.

Allergie au pollen de bouleau

Le pollen de bouleau est l’un des allergènes les plus courants dans l’air au printemps. Lorsque les arbres fleurissent, ils libèrent de minuscules grains de pollen qui sont dispersés par le vent. Un seul bouleau peut produire jusqu’à cinq millions de grains de pollen, avec de longues distances de déplacement.

Allergie au pollen de chêne

Comme les bouleaux, les chênes envoient du pollen dans l’air au printemps. Bien que le pollen de chêne soit considéré comme peu allergène par rapport au pollen d’autres arbres, il reste dans l’air plus longtemps. Cela peut causer de graves réactions allergiques les personnes allergiques.

Allergie aux pollens de graminées

L’herbe est le principal déclencheur des allergies au pollen pendant les mois d’été. Elle cause certains des symptômes les plus graves et les plus difficiles à traiter.

Allergie au pollen d’ambroisie

L’ambroisie est la principale responsable des allergies parmi les pollens de mauvaises herbes. Ce sont les plus actifs entre la fin du printemps et l’automne. Cependant, selon l’endroit, elle peut commencer à répandre son pollen dès juillet et se poursuivre jusqu’à la mi-octobre. Son pollen poussé par le vent peut parcourir des centaines de kilomètres et survivre à un hiver doux.

allergie pollen d'arbre

Mesures préventives de l’allergie au pollen

Il n’y a pas grand-chose à faire pour éviter le pollen car, il est produit par les graminées, les arbres, les fleurs et les mauvaises herbes, mais il est possible de minimiser la réponse allergique.

Lorsque le taux de pollen est élevé, fermez les fenêtres et utilisez un climatiseur. De même, il est préférable d’éviter l’extérieur pendant les périodes de forte concentration de pollen, mais ce n’est pas toujours simple en pratique. Toutefois, il faut savoir que la plupart des plantes pollinisent de 5 heures à 9 heures.

De la même manière, il vaut mieux éviter de sortir ou de pratiquer un sport les jours de vent.

S’il est nécessaire de sortir, le port d’un masque est une excellente façon de lutter contre le risque allergique.

Si vous faites du jogging plus tard dans la journée, lorsque le pollen est tombé au sol, choisissez une rue résidentielle plutôt qu’une voie de circulation pour éviter les gaz d’échappement des voitures.

Dès que vous arrivez à la maison, changez de vêtements et prenez une douche pour débarrasser votre corps d’autant du pollen. N’oubliez pas vos cheveux, surtout s’ils sont longs.

Lorsque la saison pollinique bat son plein, faites un voyage dans une zone moins affectée par le pollen, comme la plage ou le bord de mer.

port du masque pour une allergie au pollen

Traitement de l’allergie au pollen

Le traitement de l’allergie au pollen consiste à réduire les symptômes, et éventuellement à désensibiliser le malade au pollen responsable de l’allergie.

Stéroïdes nasaux

Ce sont des sprays à vaporiser dans le nez, comme le Dymista ou le Rhinolast. Ils sont le premier choix pour le traitement de la rhinite allergique. Ils soulagent la congestion, l’écoulement nasal, les démangeaisons, et les éternuements. Les stéroïdes nasaux sont souvent les traitements de première intention recommandés par les médecins.

Antihistaminiques

Lorsque le corps entre en contact avec le pollen, l’herbe à poux, la poussière, les squames d’animaux de compagnie ou les acariens, par exemple, il fabrique des produits chimiques appelés histamines.

Les antihistaminiques réduisent ou bloquent les histamines, de sorte qu’ils stoppent les symptômes d’allergie. Ces médicaments agissent bien pour soulager les symptômes de différents types d’allergies, y compris les allergies saisonnières (rhume des foins), les allergies intérieures et les allergies alimentaires. Mais ils ne peuvent pas soulager tous les symptômes.

Les antihistaminiques sont disponibles sous forme de comprimés, comme la Desloratadine ou le NeoClarityn. Ils ciblent les démangeaisons, les éternuements et l’écoulement nasal.

Les antihistaminiques ont tendance à causer des effets secondaires, en particulier la somnolence mais aussi bouche sèche, étourdissements, nausées, vision floue, etc. Par conséquent, les professionnels de santé conseillent de prendre le traitement le soir.

Désormais, il existe de nouveaux antihistaminiques ayant moins d’effets secondaires, mais ils ne conviennent pas à tout le monde et à toutes les formes d’allergies.

Désensibilisation au pollen

L’immunothérapie allergénique ou désensibilisation au pollen, consiste à administrer des extraits allergéniques répétés de pollen (herbe, ambroisie) à dose thérapeutique pour provoquer une habituation. Cette méthode vise à prévenir ou à arrêter les symptômes d’allergie en rendant le système immunitaire moins sensible aux allergènes, d’où le terme « désensibilisation ». Ce traitement est disponible par injection ou par voie sublinguale.

L’immunothérapie allergénique s’adresse particulièrement aux personnes atteintes de rhinite allergique (pendant au moins deux saisons polliniques) qui ne répondent pas adéquatement au traitement conventionnel ou qui ne le tolèrent pas bien. Le diagnostic de rhinite allergique doit avoir été confirmé par la présence de symptômes, par un test cutané positif et par un test sanguin d’immunoglobuline spécifique de l’allergène pour un type particulier de pollen.

Cependant, la désensibilisation au pollen ne convient pas à tout le monde. Elle est contre-indiquée chez les personnes immunodéprimées ou atteinte d’une maladie grave et/ou chronique, qui souffrent d’asthme grave, qui prennent certains médicaments comme les bêtabloquants.

Informations sur l’allergie au pollen et les traitements efficaces qui marchent
5 (100%) 1 vote